Déchets

Honfleur  

À Honfleur, une station d’épuration qui cultive son jardin

Honfleur la bien nommée pourrait-on dire… Même pour les eaux usées, les plantes servent à quelque chose. La commune se distingue en effet par un aspect peu connu : le traitement de ses eaux usées par les plantes la phytoépuration. Et pour ajouter à l’originalité, elle a fait de cet espace au pied du pont de Normandie un jardin d'agrément, prisé des touristes en été.

Le projet

La station d’épuration de Honfleur traite les eaux usées des rejets domestiques de quatre communes, regroupant 13 000 habitants. En 2004, elle s’est transformée pour accueillir une station de phytoépuration.

Une démarche vertueuse

Les concepteurs de la station ont voulu avoir une démarche innovante et respectueuse de l’environnement. En 2004, un système de phytoépuration est venu compléter la nouvelle station. Les eaux usées traitées parcourent des jardins filtrants, plantés d’espèces végétales épuratives comme le roseau, mais aussi le jonc, l’iris, qui diminuent de manière significative ou éliminent totalement les germes présents, un peu comme dans un marais. Par ailleurs, le terreau produit grâce au traitement des boues est utilisé comme engrais pour l’épandage agricole. Enfin, pour faire taire une mauvaise réputation des stations d’épuration, l’ensemble a été équipé d’un filtre végétal qui désodorise l’air des bassins de décantation et  d’une serre, installée à l’intérieur de la station, qui piège les dégagements gazeux.

Le plus de la station : un jardin d’agrément

Faire d’une station d’épuration un jardin d’agrément, l’idée était originale. La commune a fait de cet espace un lieu de récréation. Aujourd’hui, des visites scolaires sont organisées chaque année et même les touristes viennent pique-niquer autour des jardins filtrants, sans savoir qu’ils sont dans la station d’épuration.

La phytoépuration utilise les bactéries naturellement présentes dans le système racinaire des plantes pour épurer l’eau. Les bactéries aérobies (c’est-à-dire qui ont besoin d’oxygène et qui ne dégagent pas de mauvaises odeurs) « mangent » les matières organiques. Elles les transforment alors en matière minérale assimilable par les plantes.

 

 

Chenal planté d'espèces végétales épuratives et filtrantes

  • communauté de communes du pays de Honfleur


  • Calvados

Ces actions peuvent aussi vous intéresser