Changement climatique

Strasbourg  

À Strasbourg, des éclairages publics mieux gérés

 Où sont passées les étoiles ? Depuis des décennies, le développement des territoires s’est accompagné du déploiement toujours plus important d’éclairages extérieurs, sources de pollutions lumineuses. En octobre 2015, Strasbourg est devenue la première grande ville en France à signer la charte d’engagement volontaire proposée par l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne (ANPCEN).

La capitale alsacienne va ainsi poursuivre les programmes pour une meilleure gestion des éclairages publics qu’elle a initiés depuis quelques années, en collaboration avec l’association :

  • réduction globale de la lumière nocturne émise ;
  • maîtrise de l’orientation de la lumière et des choix de températures de couleur ;
  • réduction de la consommation d’énergie (objectif de -25 % de consommation électrique entre 2010 et 2020).

Il s’agit de trouver le meilleur équilibre entre les réponses aux besoins de sécurité et de confort fournies par l’éclairage public et des objectifs de suppression des effets non désirés et parfois néfastes de la lumière artificielle nocturne, lorsqu’elle est trop importante ou inadaptée.

Ces mesures participent notamment à la lutte contre le changement climatique, à la préservation de la biodiversité, à la réduction des nuisances lumineuses et à la qualité du ciel nocturne pour tous.

La modernisation de l’éclairage public est aujourd’hui un enjeu majeur pour les communes, notamment pour réaliser des gains énergétiques et économiques. C’est un des volets des engagements des Territoires à énergie positive pour la croissance verte dont l'Eurométropole de Strasbourg est lauréate.

 Pour en savoir plus

Crédits photo : Sylvain Giguet/MEDDE-MLETR

  • Mairie de Strasbourg


  • Bas-Rhin


  • Territoire à énergie positive

Ces actions peuvent aussi vous intéresser