Changement climatique

Forest-sur-Marque  

Pocheco, quand écologie et économie font bon ménage

Il est des entreprises pour lesquelles les mots recyclable, biodégradable, bien-être au travail ne sont pas des gros mots, mais une partie de la solution. Chez Pocheco, tout est écolo-nécessaire : le cœur d’activité – la fabrication d’enveloppes -, la gestion de l’eau, les conditions de travail et même le chiffre d’affaires. Emmanuel Druon, le PDG de Pocheco, nous explique son enthousiasme et son engagement.

Quel est le cœur d’activité de Pocheco ?

Pocheco est une entreprise française de fabrication et de ventes d’enveloppes, principalement pour les banques, les assurances… Ce sont tous les relevés de situation, les relevés de compte. Nous en fabriquons 2 milliards par an. L’entreprise a été créée en 1928 à Roubaix et nous sommes aujourd’hui 122.

En quoi votre entreprise est engagée dans la transition énergétique ?

En tout ! D’abord, les enveloppes que nous produisons sont fabriquées avec du bois qui vient de forêts de Finlande gérées durablement. Pour un arbre coupé, quatre sont replantés. La pâte à papier est conçue à partir de résidus récupérés d’éclats de scieries. Les enveloppes sont 100 % recyclables et biodégradables. À partir de 1997, nous avons décidé de mettre en application nos convictions écologiques dans chacun de nos actes. Par exemple, nous avons changé toutes nos encres qui sont désormais fabriquées sans solvant, simplement à partir d’eau et de pigments. Nous avons installé une toiture végétale et nous récupérons l’eau de pluie pour la fabrication des encres, le nettoyage des sols, des machines. Une bambouseraie a même été installée sur le site pour épurer les eaux usées.  Aujourd’hui, nous sommes autosuffisants au niveau de nos besoins en eau.

Et la responsabilité sociale de l’entreprise ?

Avant même que j’arrive, l’entreprise avait comme éthique de préserver le travail. Ici, les bénéfices sont entièrement réinjectés dans la production. Nous n’avons donc pas d’actionnaires, c’est un choix et une liberté. Ensuite je considère que le bien-être au travail est essentiel, nous y passons un tiers de notre vie. Les salariés travaillent en binômes ou trinômes, ils se choisissent parce que nous recherchons la fluidité dans le travail, la réciprocité et l’empathie. Un autre aspect est la diversité des parcours et des profils, ça nous oblige à nous adapter en permanence. L’échange et la conversation sont très importants. Il y a chez nous un temps de transmission du savoir, pris sur le temps de travail.

Votre philosophie ?

Il est plus économique de produire de manière écologique. Et comme il est beaucoup trop tard pour être désespéré, appliquons des alternatives, moins chères et rentables. Nous sommes passés de 850 millions d’enveloppes à 2 milliards. J’appelle cela de « l’écolonomie », c’est-à-dire le mariage entre l’économie et l’écologie. Chez nous, ça marche, c’est dans notre ADN.


  • Pocheco


  • Nord

Ces actions peuvent aussi vous intéresser